- L'incident du commandant Huertas, Pérou 1980

- L'incident du commandant Huertas, Pérou 1980

Le 11 avril 1980 à 7 heures du matin un objet circulaire, visiblement métallique, est signalé par les nombreux personnels de la base militaire de La Joya, au sud du Pérou.
Une espèce de ballon est en sustentation à 600 mètres d’altitude, en bout des pistes d’envol. Il est à cinq kilomètres des bâtiments et se rapproche doucement. Le commandement de la base n’apprécie pas du tout cette intrusion dans une zone d’exclusion militaire et décide, sans autre forme de procès, d’abattre cet engin qui, de plus, ne répond pas aux injonctions d’identification.
Le jeune lieutenant Oscar Santa Maria Huertas, brillant tireur d’élite déjà réputé, est naturellement désigné pour cette mission tout à fait inhabituelle. Le pilote décolle dans la minute à bord d’un Sukhoi 22 russe qui n’embarque ni électronique ni radar, mais est considéré, alors, comme une véritable Formule Un du ciel.
En un instant Huertas est sur son objectif et tire une salve de quelques 64 obus de 30mm. Le «ballon» encaisse sans broncher, s’élève rapidement de la zone et s’en éloigne. Le lieutenant, guidé par la seule fougue de sa jeunesse, déclenche la post combustion et se lance dans une folle traque de 22 minutes. Par quatre fois il s’approche à moins de 500 mètres de l’objet, mais celui-ci anticipe les tirs et s’esquive. Avec des pointes à 1800 km/h huertas atteint le plafond de 19?000 mètres et s’aperçoit que ce qu’il pourchasse et qui s’est approché à moins de 100 mètres de lui n’est pas du tout un avion-espion, mais un dôme de couleur crème de 10 mètres de diamètre avec une base plus large, argentée. Il ne présente aucune des caractéristiques d’un aéronef et n’a pas de système de propulsion.
Terrifié, Huertas, se demande s’il n’a pas un peu trop joué avec le feu, d’autant que l’alerte carburant du Sukhoi vient de se déclencher. Il rentre à la base en grande partie en vol plané, mais sans encombre. L’objet restera immobile pendant encore deux heures, là où le lieutenant l’a abandonné.

Bien plus tard, l’aviateur aura ce commentaire quelque peu dérisoire :
«Je me trouve donc dans la position unique […] d’être le seul pilote militaire au monde à avoir fait feu sur un ovni et à l’avoir touché. Le seul fait d’y penser me donne encore des frissons.»

base militaire la Joya OVNI

A propos de la base militaire La Joya:

La base aérienne de La Joya se trouve au sud-ouest d'Arequipa, dans la partie méridionale du Pérou. Elle dispose d'une unique piste de près de quatre kilomètres de longueur et d'un taxiway parallèle. Ses installations, comportant notamment des abris protégés pour les avions, se situent pour l'essentiel au nord de la piste.
Elles abritent pour l'heure une unique unité, l'Escuadrón Aéreo 412 du Grupo Aéreo 4. Cette formation regroupe les douze chasseurs Dassault Mirage 2000 (monoplaces 2000P et biplaces 2000DP) de la force aérienne péruvienne.



Image du Soukohï 22 Russe:

Soukohi


Retour